Union Locale cgt Surgères - Aigrefeuille

L’agenda de l’union locale des syndicats

23 septembre 2015 : Opération escargot au MEDEF, regroupement  UD CGT 17 14h00 6 rue Albert Premier La Rochelle, direction le MEDEF. Surgères Covoiturage 13h00 parking de covoiturage ancienne gendarmerie Surgères.


Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales, porter atteinte à un militant syndical, c'est porter atteinte à tout le CGT, Opération escargot au MEDEF.


24 septembre : réunion collectif élargi 14 rue de la Garenne Surgères, 17h30.

6 octobre 2015 : 11h30 inauguration du parvis  Ambroise CROIZAT de la CPAM à La Rochelle, rue de Suède.
18h30 conférence débat la protection sociale suivi d'un apéro et petite restauration, à L'Oratoire de La Rochelle. Inscription par retour de mail ou 05 46 07 50 23

7 octobre 2015 : A partir de 16h30 jusqu'à 20h30, rencontre fraternelle entre les syndiqués CGT du Canton de Surgères/Aigrefeuille. Ce sera le moment d'échanger, de se connaitre, d'imaginer ensemble comment nous nous organisons.

8 octobre 2015 : journée nationale interprofessionnelle intersyndicale, précisions à venir.
 

Nos droits dans nos boites/collectivités/administrations, pour les retraités et privés d'emplois sont en danger, vous le savez, nos acquis sont remis en cause. Nous avons besoin de tout le monde.
Les derniers textes ne sont pas des avancées, mais bien des reculs.

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'UNION LOCALE DES SYNDICATS CGT DE SURGÈRES AIGREFEUILLE

04 AVRIL 2014 - 17H30 SALLE DU LOGIS DU LAVOIR

 

Une vue précise sur notre activité (perspectives, syndicalisation, revendication, bilan financier...)

 

Une occasion pour élargir le collectif d'animation de notre Union Locale.

Collectif dont l'organe met en oeuvre des orientations définies, qui prend des décisions de gestion courante.

Devient acteur de la CGT pour trouver une manière de t'exprimer et de porter nos objectifs revendicatifs. Une implication de chacun permet la défense de droit sur :

  •  La sécurité de l'emploi de juin 2013
  •  Recul de l'âge de la retraite
  •  La baisse du pouvoir d'achat
  •  L'insécurité de l'emploi

FAISONS FACE TOUS ENSEMBLE

 

1ER MAI 2014 SURGERES

1er Mai
Journée internationale du travail
Place de l'Europe à Surgères
09h00 rassemblement installation des stands
10h30 défilé dans les rues de Surgères
11h30 échange convivial

 

Partout dans le monde, la prochaine Journée internationale du travail sera l’occasion de voir descendre dans les rues des milliers de salariés, de privés d’emploi et de retraités afin d’exiger la mise en œuvre de véritables politiques de progrès social. En France, où la courbe du chômage ne cesse de grimper alors que celle du pouvoir d’achat continue de chuter, tous les salariés sont appelés à se rassembler pour faire de ce 1er Mai 2014 un véritable événement au cœur d’un printemps social.

 

Saisissons-nous de cette journée pour exiger, ensemble, ce que, chaque jour, chacun et chacune d’entre nous n’a pas toujours la force de revendiquer.

 

Tous ensemble, revendiquons l’augmentation des salaires et des pensions, l’amélioration de nos conditions

de vie et de travail, la reconnaissance de notre travail et une véritable politique de relance économique qui favorise la création

d’emplois de qualité.

Seul ou en famille, entre amis ou avec des collègues de travail, syndiqués ou non syndiqués, manifestons pour faire entendre notre volonté de justice sociale et notre détermination à offrir un avenir à la jeunesse.

Face à une situation économique et sociale qui s’aggrave, dans une société où la qualité du « vivre ensemble » se dégrade, il est urgent d’intervenir et ne pas laisser faire : urgent de dire haut et fort que les solutions apportées sont à des années-lumière des besoins des salariés.

Les orientations du nouveau gouvernement ne répondent en effet en rien aux aspirations des salariés et ne règleront rien.

Le vote-sanction que les électeurs ont voulu infliger au gouvernement lors des dernières élections municipales n’a visiblement pas été entendu. Le gouvernement remanié a clairement choisi d’enfoncer un peu plus le clou des mesures d’austérité, en com-mençant par imposer l’austérité salariale dans le secteur public comme dans le privé.

Dans une France où 1 jeune sur 4 est au chômage où les plus anciens voient leurs pensions rabougries, où les salaires sont bloqués depuis de nombreuses années, et où plus de 80 % des embauches sont réalisées en CDD, la situation des salariés n’a jamais été aussi fragile. Jamais, pourtant, les salariés ne se sont vus imposer autant de sacrifices pour le seul bénéfice du patronat.

  • « Zéro charges » pour les salaires payés au Smic, c’est condamner des millions de salariés aux bas salaires.
  • 2 € de plus par jour pour un salarié payé au Smic, à travers la diminution imposée de ses cotisations sociales, ce sera aussi, concrètement, pour lui, dès 2015, le « choix » entre des frais de couverture sociale supplémentaire ou des droits en moins.
  • 19 milliards d’économies sur le budget de l’État : ce sera une baisse des capacités publiques d’intervention sociale et écono­mique, une réduction des services publics et de leurs missions, moins d’infirmières, de professeurs, de policiers...
  • 10 milliards d’économies sur l’Assurance-maladie : ce ne sera certainement pas un meilleur remboursement des médicaments et des soins, ni une meilleure prise en charge des assurés.
  • En revanche, 30 milliards d’euros de cadeaux supplémentaires au patronat : c’est un nouveau détournement de notre budget commun, alors que, chaque année, chaque habitant français donne déjà plus de 3 000 € en aides diverses aux entreprises soit disant pour préserver l’emploi, sans aucune garantie que cet argent serve à l’emploi et encore moins à l’investissement.

 

Cette situation n’est pourtant pas une fatalité : d’autres choix visant le progrès social sont possibles. Pour cela, il faut s’unir pour agir, se rassembler pour gagner.

 

Le 4 avril dernier, les travailleurs de tous les pays européens, unis, avec leurs syndicats, ont montré leur capacité à se rassembler massivement pour dénoncer les politiques d’austérité imposées par les États membres de l’Union et les institutions européennes et exiger un plan de relance des investissements et la création d’emplois de qualité.

 

Pour sortir de l’austérité et ouvrir une nouvelle période de progrès social, rassemblons-nous le 1er Mai prochain pour :

 

  • l’augmentation des pensions et des salaires ;

  • la mise à plat et l’évaluation de toutes les aides publiques accordées aux entreprises ;

  • une vie meilleure, faite de justice sociale ;

  • le respect des droits fondamentaux des êtres humains partout dans le monde, à commencer par le droit à un travail décent, reconnu et valorisé ;

  • un débat national sur la répartition des richesses créées par notre travail.

    Refusons l’isolement, le repli sur soi, l’exclusion, le racisme et le rejet de l’Autre.

     

     

 

Collectif/apéro le 13 décembre

Le 13 décembre 17h30 union locale CGT à Surgères

 

A 17H30 : COLLECTIF D'ANIMATION ÉLARGI
A 19H00 : APÉRITIF ET GRIGNOTAGE

Inscription : 05 46 07 50 23

 

Déjà la fin de l'année, marquée par des luttes, quelques-unes de gagnées, d'autre sur lesquelles nous devrons rester vigilants. Aujourd'hui, l'important, c'est de rester mobiliser,  au premier cercle, mais aussi au deuxième et au troisième. Les priorités pour 2014 sont nombreuses : les retraites, l'emploi, les salaires, les conditions de travail pour les plus importantes. Mais aussi la représentativité, les élections professionnelles, les enjeux économiques, la défense des droits des salariés. Nous pouvons en parler tous ensemble le 13 décembre 2013. L'union locale CGT Surgères/Aigrefeuille invite tous les syndiqués du territoire à un collectif d'animation élargi. Nous en profiterons pour partager un  moment de convivialité.

Au-delà du partage de ce moment, la CGT à Surgères doit compter ses forces et a besoin de toi comme tu as besoin de la CGT. Les modifications profondes de la société ne nous sont pas toutes profitables.

Nous avons les moyens de dire au capital : je refuse d’être asservi et appauvri à ton profit.